Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Match Point

Woody Allen - Etats-Unis - 2006

Critique publiée par chrijoh - le 17/01/2016
Seconde 502 / Le Verrier, Concours Saint-Lô,
Verrier/Curie/Follain

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 12

Match Point, un jeu de passe-passe

Chris Wilton, un jeune tennisman issu de l’Irlande pauvre parvient tant bien que mal à gravir les échelons de la haute société londonienne, où il se retrouvera tiraillé entre mensonges, culpabilité et passion.

Match Point est un drame mondain réalisé par Woody Allen, sorti pour la première fois au cinéma en 2005. Il met en scène Jonathan Rhys Meyers qui interprète le rôle de Chris Wilton ainsi que Scarlett Johansson dans le rôle de Nola Rice Pendant deux heures, nous avons pu voir les acteurs évoluer au rythme des musées, des cinémas et des galeries d’art ainsi que dans divers endroits culturels. Woody Allen qui, dans ses films a tendance à se moquer de ces loisirs, en a fait de même pour Match Point. Car, lors de ces moments, notre attention et celle des personnages est concentrée sur tout autre chose. L’art, bien qu’omniprésent est alors volontairement mis de côté par le réalisateur. On avance sous le regard de Chris, un personnage sensible et compulsif qui réussit toujours à obtenir ce qu’il veut, souvent par la chance, un élément fondamental de l’histoire, tout en restant discret auprès de son entourage. Son jeu est calculé, il met tout en œuvre pour réussir, même si cela peut nuire aux autres. Nous découvrons le mode de vie de la haute société en même temps que Chris, notre opinion de celle-ci évolue alors en accord avec lui. Il passe également par plusieurs étapes pour accéder à ses fins. Tout d’abord, une période d’intégration chez les Hewett nous dévoile une partie de sa stratégie, rattrapé par sa seule faiblesse, la passion, chose qu’il ne pourra pas contrôler. Et il se retrouvera vite étouffé et enfermé dans un style de vie dont il aura pourtant toujours rêvé. Ce sentiment sera exprimé par des pièces enfermées dont les fenêtres seront recouvertes de barreaux ainsi que d’autres détails similaires. Deux chemins complètement opposés se présenteront alors à Chris, dont le choix, changera à tout jamais le cours de son existence. Nola, de son côté, est un personnage dont l’évolution est en totale opposition avec celle de Chris. Scarlett Johansson joue une femme séduisante qui essaie d’entrer dans le monde du cinéma, dont les courbes avantageuses ne laissent pas les hommes indifférents et tout particulièrement Chris, d’ailleurs. N’oublions pas son caractère aguicheur et effronté qui nous force à nous questionner sur ses véritables intentions ; elle est très lucide envers ce monde qui ment et qui triche et reste pourtant, tant qu’elle le peut, dans la retenue. Chloé Hewett, est un personnage contraire à Nola Rice. Elle n’incarne pas aussi bien la féminité que celle-ci et possède moins d’atouts psychiques et physiques. C’est également une femme naïve, qui se laisse emporter aux plaisirs et avantages que lui offre le rang social auquel elle appartient, sans chercher à distinguer le bien du mal. Tom Hewet et ses parents sont de leur côté, la représentation clichée de la haute société : ils ne se mélangent pas aux autres origines sociales, à moins d’y trouver un certain interêt. Ils sont alors la représentation clichée de la haute société dont on se moque ici. Par ailleurs, ce poids familial va s’avérer rassurant pour Chris et aura un impact sur les choix de celui-ci, tout en renforçant son sentiment de culpabilité.

Pour conclure, c’est un film surprenant basé sur la chance, qu’il faut prendre soin de visionner en détail. Chaque personnage, ainsi que chaque chose possèdent un rôle bien défini et apportent leur contribution au déroulement de l’histoire. Les acteurs se renvoient la balle de façon plus ou moins violente, dont les quelques rebondissements sont souvent inattendus. On nous dévoile d’autre part la face cachée de la haute société, qui est ici mise à nu. Après visionnage, nous pouvons alors se demander : « L’argent fait il vraiment le bonheur ? »