Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Le Havre

Aki Kaurismäki - France - 2011

Critique publiée par MaxetFanny - le 27/05/2016
Seconde 502 / Le Verrier, Concours Saint-Lô,
Verrier/Curie/Follain

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 19

Le Havre, une oeuvre originale

Aki KAURISMAKI est un réalisateur un peu bohème cela est d’ailleurs représenté dans ces multiples productions par des marginaux toujours présents . Comme ici dans LE HAVRE ou il signe une comédie à la fois tragique et humaniste .
Marcel Marx, est un bohème lui aussi, il est venu volontairement dans le ville portuaire du Havre où il pratique le métier de cireur de chaussures . Il mène une vie satisfaisante avec le bistrot du coin, son travail et sa femme Arletti , quand le destin met brusquement sur son chemin un enfant immigré originaire d’Afrique noire .
Aki met en avant les migrants avec l’arrivée des africains mais aussi avec la femme de Marcel , Arletti.
Le Havre est la ville parfaite , ville nouvelle ,moderne pour cette production qui semble être restée dans l’ancien temps . Les époques semblent s’affronter . Le jeu des acteurs théâtrale appuie sur l’ancienne époque tandis que les portables , la ville représente l’époque moderne sans oublier le bar ancien qui s’appelle le moderne .
On peut reprocher au film la longueur de certaines scènes .
C’est la première fois que le réalisateur parle d’un sujet actuel .
Malgré une fusillade au début du film , cette histoire ne provoque rien c’est à l’arrivée des migrants que tout devient plus dramatique .
Les ressentis du film sont la générosité et l’humanisme des spectateurs .