Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Match Point

Woody Allen - Etats-Unis - 2006

Critique publiée par coraline01 - le 21/02/2016
Seconde 502 / Le Verrier, Concours Saint-Lô,
Verrier/Curie/Follain

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 25

Critique de Match Point : par Rolland Coralie et Pitrey Adeline

Match Point est un drame et une romance américaine en couleurs datant de 2005, réalisé par Woody Allen et tourné principalement aux États-Unis, Royaume-Uni et au Luxembourg. Il bénéficie d’un casting de choix avec Scarlett Johansson dans le rôle de Nola Rice, une jeune et jolie femme essayant de débuter une carrière dans le cinéma. Jonathan Rhys Meyers qui joue Chris Wilton, un charmant jeune homme qui essaye à tous pris de se faire sa place dans la haute société. Emily Mortimer qui interprète Chloé Hewett, naïve mais intelligente, elle va aider Chris à atteindre son but. Et enfin Matthew Goode qui est Tom Hewett le frère de Chloé, libre, mais vivant sous l’influence de ses parents.
Une histoire dans laquelle va se mêler argent et passion…
Chris Wilton issu d’un milieu modeste, essaie par tous les moyens de rentrer dans la haute société. Il y arrivera grâce à Tom et Chloé Hewett, mais sur son chemin, il rencontrera la jeune et jolie actrice Nola Rice qui changera le court de son histoire.
Pour commencer le réalisateur aborde plusieurs réflexions tout au long de son œuvre en nous laissant des indices dans les éléments artistiques ou en arrière-plan qui nous sont montrés. Il cherche à nous rappeler le jeu de la chance, du hasard de la vie quotidienne et celle de la passion amoureuse qui pousse à faire des choses irréelles. Ensuite, il cherche à caricaturer la haute société Londonienne sur leur richesse et leur hypocrisie envers eux-mêmes et envers les autres. Le jeu des acteurs est très intéressant, car ils se démarquent tous par leurs singularité : le rôle de Chris est un jeu très subtil, car on croit qu’il est gentil, mais finalement en analysant, on se rend compte que c’est un hypocrite et un manipulateur. Nola, elle est une fille fragile, qui s’attache très vite aux gens. Ce qui est très ironique, c’est qu’au début du film, c’est elle qui attire les hommes alors qu’à la fin, c’est elle qui est attiré a son tour par un homme. Pour Chloé, Tom, et leurs parents, c’est très différent : Chloé, elle est très naïve et à la fois gentille et simple alors que Tom et leurs parents aiment montrer leur richesse. Et surtout les parents sont très hypocrites et autoritaires envers Tom et Nola.
Woody Allen utilise des métaphores visuelles pour nous montrer l’ambition du jeune homme qui est prêt à tout pour accéder à ses fins. L’histoire va nous démontrer que la vie est un match et le hasard fait prendre des choix de vie quitte à parfois se tirer une balle dans le pied.
Nous comprendrons au fur et à mesure que la balle représente la vie de Chris et que nous sommes dans sa tête, les dialogues persuasifs et les métaphores avec le match de tennis, nous le confirmerons ainsi que les dialogues délibératifs.
Woody Allen utilise des métaphores visuelles pour nous montrer l’ambition du jeune homme qui est prêt à tout pour accéder à ses fins. Ce sont des musiques romantiques notamment « Una furtiva lagrima » Concernant, la musique, elle a une place très importante de même que les décors bourgeois, les grands magasins, les musées, les pièces vitrées et les maisons de maître. de Donizetti interprété par Caruso qui est d’abord intra-diegetique puis extra-diegetique, elle nous révèle l’état d’esprit des personnages et leurs moments de bonheur.
En somme, ce film est très agréable dans l’ensemble même si un peu long au début et qu’il se termine un peu facilement.