Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

L'Epreuve

Erik Poppe - Norvège - 2015

Critique publiée par élève - le 07/06/2015
Première ES 1, LGT Sainte Marie,
Caen

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 41

L’épreuve, une leçon de vie

par Léa Deschamps et Thomas Gravan

Le film « l’épreuve » est un film fort en émotions, récompensé à maintes reprises, et qui expose le
métier de photographe/journaliste/reporter en zone de Guerre, ainsi que la vie personnelle d’une
telle personne qui est forcement chamboulée par ce métier à risque qui l’emmène aux quatre coins
du globe. Le film dont il est question, « l’épreuve » rentre dans la définition du genre dramatique, en
exposant bien le dilemme entre l’épanouissement de la vie personnelle ou professionnelle d’une
journaliste devant exercer son métier loin de sa famille. Il a été réalisé par Erik Poppe en 2013.
Ce film a pour but de nous montrer qu’une passion, un métier, peut empiéter sur sa vie familiale et
conjugale et qu’il est très dur de renoncer à ce que l’on aime. Le personnage de la mère (Rebecca)
mène une double vie, entre sa vie avec sa famille et sa vie dans l’exercice de son métier. Le père lui,
chercheur scientifique dans la pollution du plutonium dans l’eau, ne veut plus vivre dans la peur de
perdre sa femme et lui inflige le dilemme exposé ci-dessus. Sa fille Stéphanie, est elle aussi affectée
par l’absence de sa mère et se renferme sur elle-même, dans un âge où elle se construit. Sa fille
cadette est Lisa, une petite fille, qui bien que souffrant de l’absence de sa mère, ne réalise pas encore
la vie que mène sa mère et les problèmes conjugaux qu’elle a avec son père.
le récit est introduit par un attentat suicide qui atteint physiquement la journaliste, qui est pour
son mari la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Celui-ci atteint les limites de sa patience. Les
scènes importantes sont celles où nous voyons Rebecca risquer sa vie pour accomplir son souhait,
montrer au monde les injustices présentes dans celui-ci. Les scènes de rupture avec sa fille sont
aussi très marquantes. Mais la scène qui fera définitivement prendre à son mari la décision de la
quitter, c’est celle où Rebecca est au Congo depuis quelques jours avec sa fille Steph, et que des clans
Africains se font la Guerre à l’arme à feu. Rebecca laisse sa fille en « sécurité » à Stig (le
responsable de ce voyage) pour pouvoir prendre des photos au plus près de la scène de combat.
C’est un film fort en émotion, malgré que les scènes soient relativement longues, trop longues. Elles
le sont car les moments d’actions sont brefs et se font rares. la bande-son se marie d’ailleurs très
bien avec les scènes, et est très agréable à écouter. Rien n’est laissé au hasard, surtout le cadrage,
car la caméra n’est pas fixe, c’est une caméra portée, ce qui permet de se sentir parfaitement
imprégné par le film et de mieux se rendre compte du danger que représente une zone de Guerre.
Nous voyons bien à la fin du film, que le métier de Photographe de guerre de Rebecca, a ,malgré son
amour très fort pour son mari Marcus, pris indirectement le dessus sur cet amour. Le film est très
bien mis-en scène, il ancre le spectateur dans son histoire et dans le drame. IL nous fait vivre au
mieux les émotions qui en ressortent. Le film propose un discours alarmant vis-à-vis des violences
que le Monde connaît, notamment à Kaboul où la photographe pratique son métier à risque.
Les dernières images rappellent d’ailleurs les premières du film, dans cette ville en Guerre de Kaboul, et
nous montrent que la seule motivation de quelques photographes ou journalistes de vouloir arrêter
tous ces massacres, ne sera pas suffisante pour les arrêter.
C’est alors un combat de tous les jours, pour essayer d’atteindre le cœur des populations
occidentales, et cela ce film « l’épreuve » l’incarne à merveille. Nous ne sommes d’ailleurs pas assez
conscients qu’à à peine quelques milliers de kilomètres de chez nous, des peuples laissés à eux-
mêmes s’entre-tuent pour des causes futiles. C’est un film à aller voir, il fait réfléchir et nous aide a
mieux comprendre ce qui se passe dans le monde. C’est tout simplement un film touchant et instructif.