Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Combattants (Les)

de Thomas Cailley - France - 2013

Critique publiée par Le Renard - le 24/05/2017
Première COMV-BMA, LP Paul Cornu,
Lisieux

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 39

Critique Les combattans

Premier long métrage de Thomas Cailley : "Les Combattants" est une comédie dramatique mettant en scène deux personnages au caractère opposé.
L’été s’annonçait calme et tranquille pour Arnaud (interprété par Kévin Azaïs), entre son entreprise familiale "Labrède" qu’il partage avec son frère depuis la mort de leur père, et les soirées avec ses deux meilleurs amis : Xavier (interprété par William Lebghil) et Victor (interprété par Thibaut Berducat). Mais sa rencontre avec une certaine Madeleine Beaulieu (interprétée par Adèle Haenel) va tout changer et le pousser à prendre un tournant inattendue dans sa vie.

Avec un caractère dur et froid et un physique musclé, elle semble prête à tout affronter, et se voit comme l’inverse du jeune et insouciant Arnaud.
Lancés dans une quête pour échapper aux prophéties cataclysmiques de Madeleine, les deux aventuriers vont se découvrir à travers l’humour, l’amitié et un soupçon de romance. Tout ceci leur fera dépasser leurs limites.
Plus le film avancera et plus les personnages se dévoileront, le début du film est rythmé par le caractère de Madeleine ralentie par le calme et la gentillesse d’Arnaud comme dans la scène de la loutre, lors de laquelle Arnaud et Madeleine sortent le petit animal d’une piscine et discuteront sur les mesures à prendre pour son bien, montrant une fois de plus la froideur de Madeleine et son instinct de conservation personnelle, et la bienveillance d’Arnaud qui cherche comment sauver l’animal.
Madeleine, elle, tardera à exprimer ses doux sentiments comme lors de la scène avec le triste chien que Madeleine prendra dans ces bras pour le réconforter ou se réconforter elle.
Le film se déroule en deux majeures parties pour la réalisation avec des scènes toujours tournées à l’extérieur avec de très grands paysages plats et immobiles et d’autres scènes dans des espaces plus exigus.

Dynamisé par le jeu d’acteur des deux rôles principaux, ce film partagera les sentiments du public, ce qui a valu à Adèle Haenel le prix de la Meilleure actrice à la 40eme cérémonie des Césars et le prix du Meilleur espoir masculin pour Kévin Azaïs.