Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Combattants (Les)

de Thomas Cailley - France - 2013

Critique publiée par guihard - le 21/01/2015
Seconde 5, Lycée Marcel Gambier,
Lisieux

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 40

un film au titre trompeur

Les Combattants : un film au titre trompeur.

Arnaud, un jeune homme un peu mou, est aux pompes funèbres avec son frère. Il vient de perdre son père. Son frère décide de reprendre l’entreprise de leur père. Arnaud un peu perdu s’engage à aider son frère à la menuiserie. A la plage, l’armée s’est installée, elle recrute des gens pour des stages de 15 jours. Ils organisent des combats d’autodéfense sur la plage et ses amis l’ont inscrit. Il doit se battre contre une fille. Il perd. Plus tard, en allant vendre une cabane il découvre que ses clients sont les parents de la jeune femme de la plage. Elle s’appelle Madeleine. Elle semble garçon manqué et froide : elle ne sourit jamais. En la côtoyant, elle lui apprend qu’elle veut rejoindre l’armée pour apprendre des méthodes de survies. Arnaud, tombé amoureux d’elle, décide, lui aussi, d’aller à l’armée.
Pour un premier long métrage de 1h38, Thomas Cailley a su choisir ses musiques ainsi que les acteurs. Le film est une belle comédie romantique mais qui peut décevoir par son titre. Thomas Cailley aurait peut-être dû nommer son film autrement. Les Combattants, avec un titre comme celui-ci on s’attend à de l’action avec des courses poursuites ou des combats. On se retrouve avec une jeune femme qui croit en la fin du monde et un jeune homme égaré qui ne sait plus où il en est. Les seuls réels moments d’action de ce film se sont les entraînements à l’armée et quand Arnaud se bat contre Madeleine à la plage.
Arnaud, très bien joué par Kévin Azaïs, est un jeune homme mou. Il n’a pas d’opinion et il est faible. Avec le temps il s’affirme comme lorsque dans la forêt il part parce qu’il ne peut plus supporter le comportement de Madeleine. Il est vexé qu’elle l’ait frappé et il le lui dit.
Madeleine, incarnée par Adèle Haenel, se trouve être le parfait inverse d’Arnaud. Elle est assez brutale, elle prend les gens de haut parce qu’elle se croit la meilleure. Mais elle ne s’en trouve que plus ridicule. Chez elle, elle nage avec plusieurs kilos sur le dos, elle mange du poisson cru… Mais à l’armée elle doit s’y reprendre à plusieurs reprises pour grimper sur un mur et dans la forêt quand elle mange du renard, elle le vomit après et tombe malade. Tout l’individualisme et toute la virilité qu’elle essaie de faire transparaître disparaît. Même si la présence d’Arnaud à ses cotés finit par l’adoucir un peu.

Un film superbe pour les amateurs de comédies romantiques.

Constance Grouselle, 2de5, Lycée Marcel Gambier, Lisieux