Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Timbuktu

de Abderrahmane Sissako - France/Mauritanie - 2014

Critique publiée par emilie - le 20/02/2015
Seconde 5, Lycée Marcel Gambier,
Lisieux

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 65

Timbuktu

La violence sans raison :

Dans un village malien, un groupe de djihadistes s’installe et instaure ses lois. Ils interdisent tout : la musique, jouer au foot, les hommes doivent porter des pantalons courts et les femmes des gants et des chaussettes. Pour montrer leur résistance les enfants continuent de jouer au foot sans ballon et les adultes font de la musique la nuit. Un homme prénommé Kidane vit avec sa famille dans le désert et se rend de temps en temps au village. Il élève des vaches et des chèvres qu’il fait garder par un petit garçon proche de leur famille. Un jour, en emmenant les vaches au fleuve pour boire, sa vache préférée, GPS, lui échappe et elle part dans les filets d’un pécheur nommé Amadou. Énervé, celui-ci tue GPS sous les yeux du petit. En l’apprenant Kidane décide de se venger et tue accidentellement Amadou. Il est arrêté et emprisonné au village : il doit 40 vaches à la famille d’Amadou et est condamné à mort. Comment Kidane et les villageois s’en sortiront ils ?
C’est un film tiré d’une histoire vraie, en 2012 des groupes armés djihadistes et rebelles touaregs ont occupé le nord du Mali. Cela a duré 9 mois.
C’est un film assez violent, comme la scène où un couple est enterré jusqu’au cou, et les djihadistes leur jettent des pierres pour une raison qu’on ne connaît pas. Il y a aussi la scène où la femme se fait fouetter parce qu’elle a chanté et qu’elle se trouve dans une pièce avec un homme avec lequel elle n’était pas mariée. Au début du film les djihadistes montrent leur violence, leur bêtise et leur ignorance en tirant sur les statuts africaines : ils détruisent la culture africaine.
Cette violence contraste beaucoup avec les magnifiques paysages de l’Afrique, surtout situés dans de superbes déserts. On peut en apercevoir un quand Kidane s’éloigne après avoir tué Amadou, c’est un plan très long où l’on voit le fleuve au coucher du soleil.
Ce film nous montre une vision du monde réaliste et même parfois satirique, par exemple les djihadistes viennent de tous les pays et imposent des lois dans un tout petit village. Ils sont ridicules car ils imposent des lois qu’eux-même ne respectent pas et ils ne parlent parfois même pas arabe correctement et ont du mal à se comprendre car ils ne parlent pas tous la même langue. De plus ils ont un islam totalement différent de celui des villageois et de l’imam qui pratiquent, eux, un islam tolérant. Jugé par les djihadistes, le père touareg semble être au milieu d’eux le seul véritable croyant car il ne conteste pas sa condamnation, s’en remet à Dieu et accepte de mourir pour ce qu’il a fait.
Malgré les scènes longues et la violence c’est un film à aller voir parce qu’il nous montre la vie réelle qui se passe dans les autres pays, ce n’est pas seulement une histoire comme on peut en voir dans tous les films, c’est aussi un sujet d’actualité. Il ne montre pas que les bons ou les mauvais cotés, il combine les deux à la fois.

Bouchard Chloé
Grouselle Constance
Pineau Emilie
Bourdon Laura