Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Qui vive

Marianne Tardieu - France -2014

Critique publiée par clemdaniel - le 28/04/2015
Seconde 5, Lycée Marcel Gambier,
Lisieux

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 46

Qui Vive

Je m’appelle Chérif, j’ai une trentaine d’année. J’habite chez mes parents, en banlieue. J’ai beaucoup de respect pour ma mère, je déteste qu’elle s’occupe de mon linge. Après avoir travaillé comme surveillant six ans dans une école je souhaite passer mon concours d’infirmier pour la quatrième fois et je me donne du mal pour l’obtenir. En attendant, je travaille dans un super marché en tant que vigile.
Je n’aime pas mon travail ni même ma vie en général. C’est triste à dire mais mon quotidien se résume à dormir, manger, prendre le bus, travailler et fumer des clopes. Je me sens seul et mon peu de temps libre ne me permet pas de voir mes amis. Depuis quelques temps une bande de gamins du quartier vient me provoquer chaque jour au super marché où je travaille. J’ai beau être patient et essayer d’éviter tout conflit, ils me poussent à bout. J’ai rencontré une fille dans le bus, Jenny, la nouvelle surveillante de l’école où je travaillais, elle emmenait les enfants au zoo. Elle m’a proposé de venir avec eux mais j’étais pressé alors elle m’a dit de passer au centre, ce que j’ai fait le mercredi suivant. C’est pas un coup de foudre, mais on se plaît. Rien de sérieux peut être, mais on est ensemble. Je l’ai emmené à un Open Mic de mon quartier pour lui faire découvrir ma bande d’amis et Déda, mon pote d’enfance que j’ai revu il y a peu et qui m’avait proposé encore une de ses affaires malhonnête, que j’ai refusée car tout ça ne m’intéresse plus. Malheureusement le concert a mal tourné car la bande de gamins qui me harcèle était là et m’a provoqué, une fois de trop. Ma réaction n’a pas plu à Jenny qui est partie. Après être allé me réconcilier avec elle, je suis retourné voir Déda pour lui expliquer la situation et pour qu’il m’aide car il connaît ces jeunes. Bien entendu, rien est gratuit avec lui, j’ai dû accepter son marché en contre partie de son aide.
Je ne pensais pas que ça finirait comme ça, que les jeunes seraient dans le coup, qu’il y aurait des armes, des coups de feu et un mort. Après cela, ma culpabilité était trop forte, j’ai tout envoyé balader y compris Jenny. J’ai énormément déçu mes amis et mes parents. Tout ce qu’il me restait était mon concours, j’ai tout fait pour le décrocher et j’y suis arrivé.
Déda, lui s’en tire bien, parti à l’étranger il profite de son argent. Moi je suis là, au poste de police en essayant de nier ma participation dans cette affaire. Durant la reconstitution, on m’a demandé si c’était bien Djim, un des gamins qui a survécu qui avait tiré sur un de mes collègues, qu’est ce que je pouvais répondre ?

On a aimé ce film parce que dans toutes les situations, le côté humain ressort. On suit vraiment Chérif dans toutes ses épreuves, on arrive à comprendre tout ce qu’il ressent. C’est un personnage attachant pour qui on est facilement compatissant. Le jeu d’acteur est très bien mené, que ce soit pour Chérif (Reda Kateb) comme pour Jenny (Adèle Exarchopoulos). Il y a de nombreux gros plans qui montrent les sentiments du protagoniste car il s’exprime peu donc c’est une certaine manière de comprendre ce qu’il ressent et ce qu’il pense. Les décors sont peu variés, on passe du super marché à l’appartement et de l’appartement à la rue ce qui montre la vie monotone du personnage.
C’est un film de Marianne Tardieu sorti le 12 novembre 2014 de genre dramatique, qui dure 1h23.

Cheyenne BOUCHET, Isaure CHRISTIAN et Clémentine DANIEL.