Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Sel de la terre (Le)

de Wim Wenders - Brésil/France - 2014

Critique publiée par guihard - le 21/01/2015
Seconde 5, Lycée Marcel Gambier,
Lisieux

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 31

Entre horreurs et beauté

Le sel de la terre est un documentaire de Wim Wenders et de Juliano Ribeiro Salgado sur la vie et l’œuvre de Sebastiao Salgado photographe qui durant la majorité de sa carrière a photographié la misère du monde (guerres, famines, exodes…) avant de décider de photographier des terres encore vierges de toute transformation exercées par l’homme lors du projet Genesis. Ce sont ces deux types travaux qui sont mélangés dans ce film pour faire un contraste entre beautés et horreurs.
Le documentaire nous parle de Salgado, le photographe qui a traversé les guerres, les peuples, qui a connu le bonheur avec tous ces peuples, mais aussi de Salgado l’homme, de sa vie intime. Le tout est raconté en voix off par Sebastiao Salgado exposé à ses propres photos, par son fils Juliano et par le cinéaste allemand Wim Wenders et illustré par ses photographies et des images tournées par son fils lors du derniers projet de Salgado, Genesis. Le film est en effet composé de trois éléments : Salgado face à ses photos qui nous raconte l’histoire de chaque photographie, les images tournées par son fils durant Genesis et durant la reforestation du domaine familiale, et les quelques interviews comme celle de son père ou de sa femme qui nous parlent de sa vie intime.
Nous devons féliciter le travail de montage de Wim Wenders et de Juliano Ribeiro Salgado qui a permis un contraste saisissant entre les différents projets photographiques de Salgado. Nous pouvons ainsi voir parmi ses photos le représentation une gigantesque et horrible machine de destruction (les mines d’or au Brésil, l’explosion des puits de pétroles au Koweït, le génocide au Rwanda…) mais aussi une toute autre manière de voir la vie avec Autres Amériques montrant des peuples d’Amérique du Sud ou encore une nature préservée et gigantesquement magnifique dans le dernier projet de Salgado, Genesis .

En conclusion Le sel de la terre nous transmet un message d’espoir : malgré les horreurs que l’on peut voir sur ces photos, il y a encore des terres et des peuples préservés de la folie destructrice des hommes et tout n’est peut être pas perdu.

Charly Destigny, 2de5, lycée Marcel Gambier, Lisieux