Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Qui vive

Marianne Tardieu - France -2014

Critique publiée par Constance - le 28/04/2015
Seconde 5, Lycée Marcel Gambier,
Lisieux

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 37

critique Qui Vive

Le train-train quotidien :

Salut, moi c’est Djim ! J’suis un renoi et j’viens du quartier. J’ai séché le lycée avec mes potes l’aut’e jour.
Y m’est arrivé un truc de dingue faut trop que j’vous raconte :
On est allé au market pour s’éclater et là y a une meuf qu’a volé un truc et le type chelou de la sécu l’a chopé. Il avait une tête de clown celui-là on a pas pu s’empêcher d’aller l’emmerder. Mais y a un d’ses collègues qui s’est ramené et nous a foutus dehors. A la sortie du taf du relou on lui a flanqué une de ses trouilles avec les pétards, il a rien compris à sa vie. On est revenu plusieurs fois, ça avait l’air de le rendre fou. Et même qu’une fois on jouait au foot dans l’market et mon pote lui a balancé une canette. Il s’est grave vénère le looser. Il a commencé à bousculer mon bro du coup on s’est tous ramené et là y a une meuf qui s’est pointée. Du coup y s’est dégonflé. A la boite, il a pas voulu nous présenter moi et ma bande de potes à sa meuf. Il était en mode vénère et il nous a cherchés un truc de ouf ! Il m’a collé un pain dans le pif et je l’aurais recalé si Dedah s’était pas foutu entre nous. Il est même parti rémi vu que sa meuf s’est cassée quand on a commencé à se cogner. Plus tard Dedah m’a demandé d’arrêter de lui chercher les embrouilles. En échange l’aut’e nous a filé les horaires de la livraison du market. Dedah nous a laissé s’en charger mais c’est là que tout a commencé. On a suivi le camion en scoot et on l’a bloqué. On a dégagé le chauffeur et commencé à prendre les ordis. Mais là le relou s’est pointé avec sa bande. Le gros a lâché son cabot qui s’est attaqué à mon pote Walid. Du coup je lui ai jeté mon flingue et Walid a buté ce sale clebs. Le gros s’est grave vénère et lui a marave sa goule. Il l’a tué ! Quand on a mis les ordis dans la camion de Dedah, je me suis posé pa’ce que ça m’gavais et l’boss m’a collé une baffe dans la gueule. Nan mais y s’prend pour qui lui ! En plus elle m’a loché grave. La police l’a su mais on a réussi à donner les ordis à Dedah avant que ce traître se barre en Espagne. Résultat les poulets nous ont chopés et nous ont obligé à crécher là-bas. On trinque à sa place pendant qu’il est posey à la playa ! Les flics voulaient que je le balance. Nan mais y’s ont trop cru ! Résultat v’là qu’les flics me rappellent pour r’voir comment qu’ça s’est passé ? Du coup je me suis pointé là-bas. Y’avait tous les types de l’aut’e fois et même celui qu’a buté mon pote. Ce sale crevard ! ’Fin bref, j’me suis placé avec mon scoot et le poulet s’est foutu à la place de Walid, mon bro. Et là le type chelou il a menti pour nous défendre. J’croyais trop pas ça de lui ! Il a dit qu’c’était Walid qu’avait le flingue alors qu’c’était moi pis il a dit qu’j’lui avais mis un coup de pied dans le bide et qu’y s’était ramassé la face par terre et qu’après j’m’étais barré avec mon scoot. Alors qu’en fait c’était moi qu’a passé le flingue à Walid pour buter le clebs et que j’me suis cassé après. C’est p’tê’te un type bien au final.

Nous vous déconseillons ce film car la plupart des scènes sont longues et ennuyeuses et le film n’est pas accrocheur. Il se passe tout le temps la même chose, c’est trop répétitif. Tout le long du film l’histoire ne semble pas avoir de sens car les enfants embêtent aussitôt le vigile mais on ne sait pas pourquoi. On ne sait rien de la fin elle ne semble pas finie car on ne sait pas ce que deviennent les personnages. Par exemple on ne sait pas si Dedah se fait attraper ou non et on ne sait pas pourquoi Djim s’en va avec le scooter. La fin n’est pas claire. C’est ennuyeux parce que ce film raconte la vie d’un homme qui est banal : il travaille, il veut réussir son concours d’infirmier et il sort avec ses potes. Il n’a pas une vie passionnante, elle ressemble à n’importe quelle vie quotidienne que tout le monde peut avoir. Sans les enfants ce film aurait était totalement sans intérêt, ce sont eux qui mettent de l’ambiance et de l’action dedans.

Bouchard Chloë, Bourdon Laura et Grouselle Constance 2nde5