Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Soyez sympa, rembobinez

Michel Gondry - Etats-Unis - 2008

Critique publiée par Gollum - le 12/01/2014
Première, Lycée Marcel Gambier,
Lisieux

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 18

Soyez sympas, rembobinez

Soyez sympas, rembobinez (Be Kind Rewind en VO) est une comédie américaine sortie en 2008. Dans ce cinquième film de Michel Gondry, Jerry (Jack Black) et Mike (Mos Def) sont deux copains un peu losers qui traînent souvent chez Mr. Fletcher (Danny Glover), le père adoptif de Mike et patron d’un vidéoclub situé dans l’immeuble où le pianiste de jazz Fats Waller serait né. Suite à un accident durant lequel Jerry est magnétisé, toutes les VHS du vidéoclub sont démagnétisées après qu’il les ai touchées. Les deux compères ont alors une folle idée : retourner les films effacés avec les moyens du bord. Ces remakes improvisés vont bientôt connaître un succès surprenant et inespéré, et peut-être ce succès permettra-t-il de sauver le magasin de Mr. Fletcher ...
Le scénario de ce film repose sur un concept original, plutôt bien exploité : l’idée de "suéder" les films par des personnages aussi déluré est très bonne. Même si le film est un peu long à démarrer, les situations font sourire tant elles sont inventives. Jack Black nous offre une interprétation survoltée, assez opposée à celle plus calme de Mos Def. La difficulté qu’éprouve le VHS a surmonté l’arrivée en masse des DVDs sur le marché représente bien le temps qui passe, le passage de l’ancien au neuf et donc la modernité. Le film véhicule également un message social : sur la communauté d’abord, puisque le réalisateur nous parle d’une communauté soudée lorsqu’il s’agit d’aider ceux des leurs qui en ont besoin ; sur la mixité ensuite, les deux personnages principaux n’ayant pas la même couleur de peau, l’un étant blanc et l’autre noir. En définitive, Gondry signe là une comédie simple et efficace, drôle et originale mais qui fait cependant passer un message.