Lycéens et apprentis au cinéma en Normandie

L’Atelier critique propose aux élèves de Normandie de publier des travaux critiques dans le cadre de l’opération Lycéens et apprentis au cinéma. Articles, débats audio, critiques vidéo et créations graphiques sont mis en ligne par les enseignants inscrits afin de permettre aux élèves de partager leur expérience de spectateur et de mettre en débat leurs réflexions sur les films.

Combattants (Les)

de Thomas Cailley - France - 2013

Critique publiée par webmestre - le 14/12/2016
Première ES, LPO Albert Sorel,
Honfleur

Note de la classe (0 vote)


Nombre de visites : 9

Analyse de la séquence de la rencontre

La rencontre amoureuse entre Arnaud et Madeleine se passe dans un cadre et une situation peu communs par rapport à la plupart des films. En quoi cette rencontre est-elle originale ?

Tout d’abord, nous avons pu observer que la rencontre se situe dans le cadre du combat. C’est une situation un peu étrange, comparée à celles des habituels films américains. Madeleine surgit vraiment comme l’adversaire tandis que les copains d’Arnaud sont obligés de pousser celui-ci afin qu’ils s’affrontent. C’est là qu’il a une attitude de guerrier à montrer à ses copains car il sait que sa virilité est en jeu. Les stéréotypes sont cassés car ici, c’est Madeleine qui domine Arnaud, dont les copains disent qu’il se fait humilier. Finalement, Arnaud a injustement gagné en mordant son adversaire. Nous avons pour première vue de l’armée cette bagarre et d’ailleurs, ce combat initial est une préfiguration d’un autre combat, qui sera la scène d’amour, plus loin dans le film.

Ensuite, nous avons constaté que la caméra filmait la scène avec un point de vue réaliste et même « sexiste ». Déjà, elle suit la marche d’Arnaud au début de l’extrait comme pour montrer qu’il est un peu perdu et qu’il semble hésiter entre le camion de l’armée ou le manège (représentatif de l’enfance). Juste avant le combat, la caméra est placée parmi les spectateurs, comme si le spectateur en était un aussi, et aussi quelques fois placée juste derrière Madeleine comme si c’était le point de vue d’un spectateur sur la plage. Mais bientôt lorsque le combat a lieu, la caméra suit chaque mouvement des deux combattants comme si on était au cœur de l’action. La dernière vue est posée sur Madeleine, à terre, qui a perdu, filmée en plongée comme pour « l’écraser » ; alors qu’Arnaud a gagné et a tourné les talons. La fin du combat est injuste et la caméra le montre bien avec une plongée pour « écraser » Madeleine. Mais ce point de vue sexiste se voit aussi bien avant ; avec les remarques d’Arnaud qui dit qu’il ne veut pas se battre contre une fille par peur de la blesser. Au final, c’est Madeleine qui a attaqué la première et Arnaud s’est défendu « comme une fillette » en la mordant.

Et enfin, nous avons pu remarquer cette flagrante inversion des rôles entre les deux héros. Madeleine adopte le rôle d’un garçon tandis qu’Arnaud a presque le rôle d’une fille. Arnaud est vexé car il dit qu’il ne veut pas frapper une fille, en l’occurrence Madeleine. Mais lorsque son copain lui rappelle qu’il est un homme viril, « vas-y, mec », Arnaud se met en position de combat, malgré tout mal à l’aise. Il est donc interrogé d’emblée sur son identité sexuelle, que l’on verra plus tard. Pendant le combat, c’est Madeleine qui fonce sur Arnaud et elle le domine jusqu’au bout. Lui, ne se contente que de lui envoyer du sable et de la mordre à la fin comme une fille manquée. On est aussi obligé au tout début du combat de le pousser parce qu’il a peur de se battre lorsque Madeleine surgit dans la scène, avec une attitude de guerrier.

Nous venons d’analyser la scène dans laquelle nos héros se rencontrent pour la première fois. Mais maintenant, nous allons nous attarder sur l’un des deux combattants, Arnaud, et démontrer en quoi il est un personnage original.

Nous remarquons dans un premier temps qu’Arnaud est un personnage perdu et indécis. Il est habillé comme un touriste pour montrer qu’il ne sait pas trop où il va, qu’il cherche son chemin et qu’il est en pleine errance. Il semble hésiter entre faire son stage à l’armée, devenir un homme adulte et responsable ou se diriger vers le manège et rester dans l’enfance. Arnaud semble aussi indécis juste avant la scène où il devra se battre contre Madeleine ou bien sauver sa virilité. Il est aussi quelqu’un de fuyard, comme quand il essaye de fuir le regard de Madeleine quand elle le fixe. Arnaud est enfin quelqu’un d’absent, constamment, comme quand le militaire appelle son nom et qu’il ne répond pas.

Comme nous avons pu le voir précédemment, l’identité sexuelle d’Arnaud est remise en question pendant presque tout l’extrait. Il est indécis certes, mais aussi sur son identité sexuelle, où avant le combat, il a peur d’affronter Madeleine mais il suffit que ses copains insistent pour qu’il adopte une posture de combattant, où il sait que sa virilité est remise en question. Pendant le combat, il se défend comme une fillette et à la fin, il semble avoir de nouveau adopté sa position de garçon viril en voyant qu’il avait gagné et que les spectateurs applaudissaient. D’ailleurs, lorsqu’il retourne vers sa bande de copains avec la victoire sur les épaules, il semble avoir ré-adopté son rôle de garçon et sauvé sa virilité. Arnaud semble alterner entre une identité masculine et féminine et ne pas arriver à choisir entre les deux.

Et enfin, nous constaterons que le rôle d’Arnaud est un avant goût de la suite du film. Nous avons dans cet extrait une préfiguration de la suite, où pleins de choses sont annoncées grâce à plein de petits détails. Par exemple le nom complet d’Arnaud lorsque celui-ci est annoncé par le militaire, sa relation avec ses copains et aussi le poids du père, de la famille et des responsabilités grâce à son t-shirt, représentatif du fait qu’il porte le poids de sa famille sur son dos. Le combat de la scène de rencontre lui-même est aussi une préfiguration de la suite : la scène d’amour sera filmée de la même manière que la lutte, avec des plans très proches et mouvementés ; et se déroulera aussi de la même manière que le combat, avec Madeleine qui domine Arnaud, sur le sable et avec une relation sauvage.

Camille Henry